VENTS DU SUD scrl fs

Société coopérative à responsabilité limitée et à finalité sociale

 

Facebook Twitter Youtube

Chère coopérative,

La communication au sein de la coopérative, c’est généralement la newsletter à destination des coopérateurs. Une fois n’est pas coutume, c’est une coopératrice qui écrit à la coopérative pour faire un commentaire sur un film touchant : Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent.

Affiche du film "Demain"

Nous l'avons vu le 9 janvier dernier à Habay-la-Vieille, dans la très belle salle du cinéma « Le Foyer » qui a encore le courage d'organiser des séances « pas grand public » et qui a pourtant rempli deux fois la grande salle avec ce film captivant

On pourrait penser qu'il s'agit encore d'un film qui va nous montrer des initiatives cherchant à changer le monde, plein de gens de « bonne volonté » qui s'épuisent dans des expériences créatives. Rien de nouveau, direz-vous. Mais non, je pense que c'est beaucoup plus que ça. Il y a bien entendu une belle compilation d'initiatives et beaucoup de monde très engagé, mais il y a surtout une manière très intelligente de se positionner par rapport à un problème dont nous souffrons tous : comment construire un récit qui donne continuité à nos vies dans un monde qui a l'air d'aller droit dans le mur. La question n'est pas banale et juste avec cette réflexion on pourrait déjà sortir pleins de questionnements. Ne vous êtes-vous pas demandé comment montrer à nos enfants qu'il y a des alternatives possibles, qu'ils pourront construire un monde meilleur ?

La grande réussite du film c’est qu’il reprend une idée qui est pour moi fondamentale (et qui a pourtant l'air tellement simple!) : celle de la diversité. La diversité de solutions, la nécessité des solutions diverses, différentes et complémentaires. Nous n'avons plus de réponses absolues, mais sommes confrontés à un défi majeur : il nous faut intégrer la diversité de manière totale, pas comme quelque chose qui nous est externe mais comme une partie intégrante de nos vies et de notre regard sur le monde. Les réalisateurs déploient alors une analyse intégrale qui considère l'agriculture, les énergies (et oui il y a des éoliennes!), le transport, les finances, la gouvernance, l'éducation. Et chaque fois il y a des belles expériences, des témoignages engagés, mais il y a aussi beaucoup de questions. Quelles sont les clés ? Comment faire en sorte que cela aboutisse ? Comment persister au-delà de l'enthousiasme initial ? Quels sont les acteurs à engager ? Quels sont les moyens nécessaires ? Suffit-il juste d'avoir une bonne idée, d'être à plusieurs, d’exiger des pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités ? Jusqu'à où faudra-t-il « brusquer » le système pour que cela bouge ?

Je retiens surtout la question de la gouvernance qui revient dans chaque exemple. Il y a toujours des « déclencheurs », des leaders. Ils sont nécessaires pour pousser la barque. Mais il y a aussi –et surtout– la construction d'un collectif qui sera derrière pour maintenir le rythme. C'est ce collectif, cet ensemble de gens normaux, qui donnera la légitimité à l'expérience, qui la construira. Ce ne seront pas les leaders ni les illuminés qui réussiront seuls avec leurs rêves. La réussite se joue dans leur capacité à convoquer, à motiver, à écouter, à laisser la place aux autres pour qu'ils façonnent cette œuvre de mille manières différentes. Cela a l'air facile mais nous sommes loin de là.

En regardant le film j'ai pensé que nous avons des choses à apprendre puisque nous savons qu'il n'y pas de recette miracle. Nous avons toujours l'opportunité de revoir comment nous voulons construire nos expériences « de changement » et nous demander comment nous voulons nous y impliquer.

Avec Vents du Sud nous avons déjà construit un petit quelque chose qu’il est intéressant de voir au milieu d’autres initiatives formant tout un processus de transition mondiale. En cela, Demain est un film porteur d’espoir et d’encouragement, à voir absolument en famille... ou « en coopérative » !

Gabriela

 

cociter     conseil national de la coopérateion   rescoop wallonie